Cassons les préjugés sur la transformation digitale !

#1. La transformation digitale est perçue comme un sujet complexe

28% des répondants les plus avancés l’identifient comme l’un des principaux freins à la transformation
digitale. 

La complexité est un frein fréquemment mentionné par les dirigeants d’entreprises.

Pourtant, elle n’est pas si complexe que celà. En effet, la digitalisation est associée à la technologie et c’est la méconnaissance de celle-ci qui effraie les gens.

Alors qu’en fait la transformation digitale, c’est trouver une nouvelle manière de créer de la valeur en réinterrogeant son business model dans un contexte digital. Nous parlons donc d’une transformation structurelle de l’entreprise.

Vous êtes alors principalement confrontés à une problématique de conduite du changement, ni plus, ni moins. La particularité de l’exercice réside dans l’apport technologique et le contexte en perpétuel évolution dans lequel le changement opère. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on comprend que la transition digitale n’est pas un événement ponctuel, mais bien un processus qui s’échelonne dans le temps.

Pis encore, durant cette période de transition, les technologies vont continuer plus vite que vous ne pouvez les implémenter… Donc si vous n’avez pas le capital humain capable de driver et faire cette mutation dans cet environnement volatile, incertain, complexe et ambigu, vous serez sans aucun doute, confrontés à un échec de taille. Voilà donc votre réel facteur clé de succès : votre équipe, alors chouchoutez-la.

sources: https://www.linkedin.com/pulse/la-transformation-digitale-cest-des-idées-reçues-à-combattre-consul/

https://lelab.bpifrance.fr/Etudes/les-dirigeants-de-pme-et-eti-face-au-digital

next

#2. Les dirigeants de PME font de la transformation digitale une priorité stratégique

87 % des dirigeants de PME n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique pour leur entreprise.

Cela varie en fonction de la maturité digitale du
dirigeant, mais même parmi les plus avancées, seules 34 % des entreprises en font une priorité stratégique.

C’est donc bien peu pour un chantier qui requiert un leadership soutenu et des changements importants à tous les niveaux pour l’entreprise.

Aucune entreprise ne devrait se sentir exclue d’une réflexion qui doit permettre la remise à plat de processus de travail dans une optique d’amélioration opérationnelle, d’efficience et de performance. Parce qu’il s’agit bien de ça.

Faire votre mue digitale veut dire digitaliser votre organisation dans sa globalité pour optimiser son fonctionnement. Cela implique de repenser votre stratégie et parfois même votre business model pour la/le rendre orientée client. Mais cela implique aussi de revoir vos méthodes de management pour changer la façon dont vous concevez vos produits, de modifier la façon de vous adresser à vos clients et la manière dont vous chassez vos prospects.

Sources: https://www.linkedin.com/pulse/la-transformation-digitale-cest-des-idées-reçues-à-combattre-consul/

https://lelab.bpifrance.fr/Etudes/les-dirigeants-de-pme-et-eti-face-au-digital

next

#3. Trop d'investissement, trop peu de bénéfices

53% des TPE/PME, déclarent avoir (enfin !) entamé cette transformation. Si les TPE et PME s’y risquent, vous comprendrez que ce n’est peut-être pas si dépourvu de rentabilité que ça.

Une des craintes légitimes d’un dirigeant de PME se rapporte à l’investissement nécessaire pour mener à bien sa transformation digitale, dont l’importance serait telle que le « ticket d’entrée » ne serait réservé qu’aux grandes organisations dotées de capacités de financement conséquentes.
Est alors invoqué un manque de taille ou un manque de ressources : la réalité est plus contrastée, et c’est le retour sur investissement qui fait ici office de juge de paix. D’autant que de plus en plus de solutions accessibles, adaptées aux besoins de chaque entreprise dans chaque secteur, et facilement intégrables sont développées. Les PME aussi ont accès au monde du digital, selon le même intérêt que les grandes organisations, avec les mêmes enjeux – agilité, rapidité, performance – et les mêmes bénéfices potentiels.

Mais bien évidemment, le frein que représente l’investissement budgétaire doit être adressé. La beauté de la transition digitale c’est que vous pouvez en moduler son application, en utilisant des méthodes agiles pour vous poser les bonnes questions sur les priorités business à adresser. Concentrez-vous alors sur les fonctionnalités, les changements qui créent de la valeur ajoutée en priorité et ajustez votre budget en fonction.

Sources: https://www.linkedin.com/pulse/la-transformation-digitale-cest-des-idées-reçues-à-combattre-consul/

https://lelab.bpifrance.fr/Etudes/les-dirigeants-de-pme-et-eti-face-au-digital

next

#4. Plus le dirigeant est jeune, plus il est enclin à opérer une transformation digitale

Digital natives

En dépit du discours sur les « digital natives », qui seraient plus familiers des nouvelles technologies, le critère de l’âge ne joue pas sur le niveau de maturité digitale.

Une des raisons est que la transformation digitale
dépasse le seul champ des technologies.

Cette transformation globale de l’entreprise nécessite en effet des compétences clés, qui ne sont pas liées à l’âge du dirigeant.

Source: https://lelab.bpifrance.fr/Etudes/les-dirigeants-de-pme-et-eti-face-au-digital

next

#5. Transformation digitale = disruption

Définition de la disruption

Selon une définition du Dictionnaire de la langue française, le mot disruption signifie « rupture » ou « fracture ».

Avant 2010, le mot « disruption » était seulement utilisé par les cruciverbistes. L’expression est seulement devenue courante à partir de 2010, avec l’apparition d’Uber, Airbnb et Bitcoin. Elle décrit alors ce phénomène économique mondial de ces jeunes entreprises (qu’on nommera startups), qui ont su utiliser les outils numériques pour transformer leurs marchés. Si ces acteurs ont réellement révolutionné leurs marchés, cela ne veut pas dire que vous devez en faire autant.

Vous pouvez entamer votre processus de transition digitale sans pour autant avoir l’objectif de disrupter quoi que ce soit ! Nul besoin d’avoir comme objectif de vouloir devenir le prochain Uber des cacahuètes ou le Netflix des sous-vêtements, loin de là.

D’ailleurs, selon le baromètre trimestriel publié par BPI France, qui dresse un état des lieux sur la transformation digitale des TPE/PME, l’organisation de l’entreprise est, pour 82 % des sondés, le champ central où s’opère ce changement. Notamment « dans la mise en place d’outils informatiques pour favoriser le travail collaboratif ou en associant les équipes opérationnelles au projet de transformation digitale » Vous le voyez bien, nous sommes bien loin de la « disruption », mais au cœur même de la transformation digitale.

 

Source : https://www.linkedin.com/pulse/la-transformation-digitale-cest-des-idées-reçues-à-combattre-consul/

finish

Results

Félicitation vous avez fini le quiz!

Si vous souhaitez faire une auto-évaluation détaillé de votre transformation digitale passez par ici

Dommage vous êtes tombé dans le piège des idées reçues.

Si vous souhaitez faire une auto-évaluation détaillé de votre transformation digitale passez par ici